Pas encore inscrit(e) ? Rejoignez la communauté !

Interview de Thierry Prieux, président de l'AICMC

Mylokaphephiles, ce forum vous est destiné ! Nous sommes curieux d'en apprendre plus sur le monde de la collection du moulin à café.
Répondre
Avatar du membre
Bartas
Administrateur du site
Messages : 8
Enregistré le : sam. 14 avr. 2018 20:25
Localisation : Montpellier
Contact :

Interview de Thierry Prieux, président de l'AICMC

Message par Bartas » dim. 20 mai 2018 15:38




Merci à Thierry Prieux d'avoir donné un peu de son temps pour répondre à notre interview. Le forum a décidé de lui soumettre quelques questions auxquelles il a aimablement répondu.


- Depuis combien de temps collectionnez-vous les moulins à café ?

Je suis collectionneur de moulins à café depuis une vingtaine d'années.
Comme pour tout objet de collection, on s'attache petit à petit à comprendre l'évolution de l'objet.
Pour ma part, je m'intéresse tout particulièrement à l'histoire de cet objet ainsi qu'à l'historique de ses principaux fabricants (artisanaux et industriels).

- Quel a été l'élément déclencheur de cette passion ?

j'ai toujours été attiré par un certain nombre d'objets, essentiellement les objets qui ont une histoire à raconter, des objets qui ont une 'âme'; des objets qui ont traversé plusieurs générations et qui ont été (et qui sont) toujours présents dans les maisons et qui sont aussi un symbole d'accueil et de convivialité au travers du cérémonial du café.
Je suis descendant d'une famille de bougnats (ie : Auvergnats 'montés' à Paris pour travailler dans des activités de café et de charbon). Dans mon enfance, j'ai donc connu l'univers des 'cafés' et j'ai le souvenir des percolateurs 'embrumés' de vapeur et laissant échapper les bonnes odeurs de café et j'ai aussi le souvenir des broyeurs de bistro avec leurs bruits stridents et permettant d'avoir une mouture de café fine et régulière.
Ce sont les raisons pour lesquelles je suis devenu mylokaphéphile (étymologiquement : celui qui aime les objets servant à moudre le café)

- A l'heure qu'il est, environ combien de pièces compte votre collection ?

Le plus important dans une collection n'est pas l'aspect quantitatif mais l'aspect qualitatif avec la valeur patrimoniale que peut représenter chacun des ces objets.
Je pense que la 'grandeur' d'une collection ne se mesure pas au nombre de pièces qu'elle comporte mais à l'intérêt historique quelle représente.

- Si vous deviez sélectionner une pièce de votre collection, laquelle serait-elle ?

La pièce que je préfère dans ma collection n'est pas le moulin le plus rare ni le moulin le plus ancien mais le moulin qui possède à mes yeux la plus grande valeur sentimentale.
Il s'agit d'un ancien moulin de comptoir en fonte que j'ai hérité de mon grand-père et qui lui servait dans son 'bistro' au début de son activité

- Procédez-vous à des ventes, ou échanges de certaines pièces de votre collection ? Si oui, par quels moyens passez-vous pour ce faire ?

Comme de nombreux collectionneurs, je procède à des ventes et aussi à des échanges de moulins. Il m'arrive de vendre des moulins sur des sites de vente sur Internet et aussi parfois sur des brocantes.
Je profite aussi (et surtout) des bourses de ventes et d'échanges que nous organisons chaque année à l'AICMC dans le cadre de notre assemblée générale annuelle.

- De quelle façon vous êtes vous procuré la plupart des moulins à café que vous possédez ?

Il n'y a pas de 'règles' dans ce domaine. Les moulins sont achetés par des biais très différents : ventes sur Internet, vide-greniers/brocantes, brocanteurs/antiquaires, salles de ventes, bourses d'échanges, bouche à oreille, ...

- Participez-vous à des rencontres avec d'autres mylokaphephiles ? Si oui, par quel(s) biais ?

Oui, des rencontres sont régulièrement organisées, que ce soit par le biais des assemblées générales de l'association ou par le biais de rencontres informelles avec d'autres adhérents régionaux ou des adhérents résidant dans d'autres régions ou d'autres pays dans le cadre de déplacements privés ou professionnels.

- Quels éléments font la rareté d'un moulin à café ?

Les éléments qui peuvent faire la rareté d'un moulin sont nombreux. Pour comprendre ceci, il est nécessaire de séparer les moulins 'artisanaux' des moulins 'industriels'.
Nous pouvons dire que la fabrication industrielle des moulins a commencé vers le début du 19ème siècle pour se développer jusqu'au milieu de la seconde moitié du 20ème siècle (cette période s'étale sur une durée d'environ 160/170 ans)
Avant cette période, les moulins à café étaient tous de conception artisanale.
Les premiers fabricants en France étaient essentiellement basés à Saint-Etienne et ces artisans étaient dénommés des 'faiseurs de moulins à café'.
Certaines pièces étaient des pièces uniques réalisées par des orfèvres.
Les moulins ont été réalisés avec des matériaux différents (pas uniquement du bois ou de la fonte)
La rareté de l'objet peut donc venir de plusieurs critères :

l'ancienneté du moulin
la présence de la signature d'un artisan renommé
une taille inhabituelle du modèle concerné
la qualité et la finesse du travail réalisés par l'artisan
le matériau utilisé : il existe par exemple des moulins en or ou comportant une partie réalisée avec un matériau rare pour ce type d'objets (ébène, gaïac, os de chameau, bois de cerf, galuchat, ...)
certains moulins industriels ont été réalisés en très peu d'exemplaires (donc très recherchés)
...

- Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement d'un moulin à café ? Quelles sont les pièces essentielles et les mécanismes mis en place ?

Quelque soit le type de moulin (moulin de table, moulin de comptoir, moulin mural, moulin électrique, ...), il existe un fonctionnement assez similaire à tous les moulins avec une 'architecture' commune :
un emplacement pour verser les grains de café; généralement il s'agit d'une trémie (trémie fermée par des calottes, trémie ouverte, trémie décorée pour les moulins muraux, …)
systématiquement, on trouve un système de broyage. Pour les moulins 'manuels', ce mécanisme de broyage est généralement constitué d'une noix et d'une contre-noix; pour les moulins électriques, il s'agit la plupart du temps ''d'ailettes''
enfin, on retrouve dans la grande majorité des cas un 'réceptacle' pour la récupération de la mouture : le plus souvent il s'agit d'un tiroir; mais il existe aussi d'autres types de 'réceptacles' : poche en cuir tenue par un cordon (pour certains moulins très anciens), cylindre métallique amovible, godets en verre pour les moulins muraux, ...

- Combien de modèles de moulins à café existe-t-il et qu'est-ce qui les différencie principalement les uns des autres ?

Il est très difficile, voir impossible de connaître le nombre de modèles différents de moulins à café.
Il est néanmoins possible de les 'cataloguer' par rubriques et par sous-rubriques.
Le 'découpage' le plus simple consiste à considérer 3 principales familles de moulins à café :
les moulins de table
les moulins de comptoir
les moulins muraux

Ce découpage a le mérite d'être très simple mais ne permet pas de constituer une liste exhaustive des modèles existants, en effet, il convient aussi de considérer les modèles suivants :
les moulins de collectivité, les moulins de troupe, les moulins de voyage, les moulins de camping, les moulins de ‘mariage’, les moulins de ‘salon’, les moulins d’épicier, les moulins de torréfacteur… et aussi les moulins de pharmacien ainsi que des concasseurs...
Même si certains de ces moulins peuvent être rattachés à l'une des 3 familles principales, on voit aisément que la plupart d'entre eux ne rentrent dans aucune de ces catégories.

Il existe aussi des catégories 'transverses', par exemple dans chacune des 3 catégories citées, il existe des modèles électriques.

Prenons enfin 2 exemples démontrant la complexité d'un tel 'catalogage' :

Parmi les modèles français anciens les plus recherchés, on trouve les modèles 'Trompe d'éléphant', les modèles 'Tronc de pyramide inversé', les modèles 'Sablier' ou encore les modèles dits 'Louis XIV'. Même si les modèles 'Trompe d'éléphant' et les modèles 'Louis XIV' sont bien des 'moulins de table', les modèles 'Tronc de pyramide' et les modèles 'Sablier' sont dotés d'une patte de fixation permettant de les 'attacher' sur le bord d'une table ou d'un plan de travail et par conséquent ces moulins ne sont ni des moulins de table, ni des moulins de comptoirs, ni des moulins muraux ...
Un des principaux fabricants industriels français a été la société Peugeot. Si l'on regarde dans les différents catalogues de cette marque, on se rend compte qu'il existe pas moins de 220 variantes uniquement pour son modèle 'A' (qui représente son modèle de comptoir le plus courant)

Il est aussi possible de cataloguer les moulins en s'appuyant sur d'autres critères, par exemple :
en fonction du matériau utilisé : moulins en gaïac, moulins en galuchat, moulins en tôle, moulins en bakélite, moulins en fontes, …
spécifiquement pour les moulins en bois : en fonction du type de bois utilisé : chêne, bois de rose, gaïac, noyer, hêtre, …
et aussi : en fonction de leurs tailles, de leurs couleurs, de leurs décors, de leurs usages, ...

- Connaît-on le premier modèle de moulin à café mis au jour ? Si oui, d'où vient-il et par qui a t-il été réalisé ?

Nous ne pouvons en aucun cas donné avec certitude la date du premier modèle de moulin à café.
Initialement, il n'existait pas spécifiquement de moulins à café et le 'broyage' des grains de café se faisait par le biais de systèmes très basiques (de type pierres, mortiers/pilons, …).
Nous savons aussi que des moulins à épices ont été utilisés pour tenter de moudre le café, mais le résultat n'était pas satisfaisant.
La nécessité d'avoir un objet spécifique permettant d'obtenir une mouture régulière des grains de café s'est fait ressentir petit à petit dans les différents pays au fur et à mesure de ''l'arrivée'' progressive du café.
Le café était une denrée 'exotique' rare qui est arrivé en traversant successivement différents pays en fonction des ''voies commerciales'' de l'époque.
Le café venant historiquement du Yemen et de l'Ethiopie, il est passé par la Turquie avant d'arriver en Europe. Il existe de très anciens moulins à café sur cette ''route commerciale''.
D'autre part, nous savons que le café était présent à Venise en 1600 et qu'il est arrivé plus tard en Angleterre et en France.
On estime que le premier moulin à café anglais a été fabriqué vers 1660, tandis que le premier moulin à café français daterait des années 1690.
Pour être plus précis, et par rapport à ce qui a été indiqué précédemment sur le fait que les premiers 'faiseurs de moulins' français étaient originaires de Saint-Etienne et au regard de l'ensemble des actes consultés (naissance, baptême, mariage, décès) pour cette commune, nous avons les deux informations suivantes indiquant certainement les toutes premières mentions en France d'un faiseur de moulin à poivre et d'un faiseur de moulin à café :
le 27 Juillet 1688 mariage de Antoine Denis 'faiseur de moulins à poivre',
le 26 Septembre 1696 naissance de Jean Baptiste Chapelon fils de Claude 'faiseur de moulins à café'.

- Quelle place occupe le moulin à café aujourd'hui dans les ménages français et étrangers ? Connaît-il un regain d'intérêt ou est-il relégué au rang de « bel objet » ? Dans les deux cas, pourquoi ?

Le moulin à café occupe aujourd'hui une place minime dans les ménages français et étrangers.
Depuis plusieurs décennies, la vente de café moulu dans les grandes surfaces a fait disparaître cet objet de nos cuisines et l'a 'relégué' au rang des 'antiquités'.
L'arrivée des différentes machines à dosettes a ensuite accentué ce phénomène.
Peut-être est-il possible de mettre les machines-broyeurs à part car ces dernières se rapprochent plus d'un usage et d'une finalité de 'moulins'.
On trouve parfois quelques moulins à café chez des personnes souhaitant se constituer chez elles un coin 'rustique' mais il est malheureusement vrai que la mode actuelle privilégie plutôt des intérieurs sobres et épurés.
Les moulins à café se retrouvent donc très majoritairement aujourd'hui chez des collectionneurs et dans des musées.

- Si vous deviez écrire un plaidoyer en faveur du moulin à café, quels arguments phares donneriez-vous pour convaincre vos lecteurs ?

Le café (en tant que boisson) a toujours joué un véritable rôle social.
Même si à son arrivée, le café était réservé à une 'élite', le café s'est ensuite démocratisé afin de toucher et d'être adopté par toutes les classes de la population.
Il est le symbole d'un accueil chaleureux et de convivialité.
Le café est donc créateur de lien social et il joue même un rôle sociétal en entreprise au travers de la 'pause-café'.
L'objet intrinsèquement lié au café est le moulin à café.
Cet objet fait donc partie de notre patrimoine et de notre histoire.
Le café et le moulin à café ont été la source d'inspirations de nombreux écrivains célèbres et de nombreux artistes renommés (musiciens, peintres, sculpteurs, …).
Il est donc normal de rendre hommage à ce bel objet qui a permis de produire ce précieux nectar.
Le café est bien plus qu'une simple boisson. Il a contribué à façonner notre histoire .

- Vous êtes le président de l'AICMC, quel est son rôle ?

Comme pour toutes les associations de loi 1901 :
Au plan légal : le président est habilité à représenter l’association dans les actes de la vie civile.
Au plan organisationnel : le président est celui qui convoque, entre autres, l’assemblée générale. Il est le coordinateur de l’association.
Au plan moral : le président est le garant des orientations de l’association, définies par l’Assemblée générale.

En ce qui concerne l'AICMC, le président est aussi responsable de la réalisation des bulletins trimestriels. Les bulletins (d'une quarantaine de pages) sont constitués d'articles thématiques ayant des contributeurs parmi les adhérents.

- Quand fût créée cette association ?

L'AICMC a été créée en décembre 1988, l'association va donc prochainement fêter ses 30 ans.

- Combien de membres compte-t-elle et qui peut y adhérer ?

L'AICMC compte environ 120 adhérents actifs
Toute personne collectionnant des moulins à café ou tout simplement s'intéressant à l'histoire de cet objet peut adhérer à l'AICMC (qui est une association de loi 1901).

- Je suis intéressé par la mylokaphephilie et souhaite rejoindre l'AICMC, comment dois-je procéder ?

C'est très simple, il suffit de nous contacter ou d'envoyer par mail ou par courrier postal son bulletin d'adhésion rempli. Nous nous attachons à avoir un montant de cotisation très abordable pour tous. La cotisation annuelle s'élève à 50 euros et permet de recevoir nos 4 bulletins trimestriels, d'accéder à la zone ''membres'' de notre site Internet ( www.aicmc.fr ); cette zone contient de nombreux documents thématiques, des catalogues de fabricants, des documents historiques, la totalité des bulletins depuis la création de l'association...
Enfin, le fait d'être adhérent permet de participer aux assemblées générales durant lesquelles nous organisons chaque année une exposition thématique ainsi qu'une bourse d'échanges.

- Le champ d'action de votre association est-il uniquement porté sur la France ou s'ouvre t-il à l'internationale ?

Nous avons des adhérents dans différents pays européens (Belgique, Allemagne, Italie, Espagne, …).
En ce qui concerne les moulins, les recherches historiques et les dossiers thématiques concernent les moulins à café du monde entier.
Il existe 2 associations de collectionneurs de moulins à café : l'AICMC et nos confrères américains de l’ACME (Association of Coffee Mills Enthusiasts) avec qui nous échangeons très régulièrement des informations, leur permettant ainsi d'accéder très facilement à des informations concernant les moulins européens et nous permettant en retour d'accéder très facilement aux informations concernant les moulins américains pour lesquels il existe de très nombreux fabricants et de très nombreux modèles, généralement très différents des modèles pouvant être trouvés en Europe.

- A l'heure qu'il est, en 2018, que peut-on souhaiter à tous les collectionneurs de moulins à café, à l'association, et dans quel sens souhaitez-vous que cette passion évolue ?

Ce que je peux souhaiter à tout collectionneur de moulins à café est de dénicher la pièce 'rare', un moulin authentique inconnu … La plupart des collectionneurs ont un certain nombre de thèmes de collection : je leur souhaite de trouver le moulin ''d'exception'' leur permettant de compléter leur principale thématique de collection.

L'AICMC est une ''association internationale'', mais nous avons majoritairement des adhérents francophones. Pour l'association, je souhaite que nous puissions avoir de nouveaux adhérents francophones mais aussi de nouveaux adhérents anglophones pour lesquels nous venons de lancer récemment un site Internet ( www.antique-grinders.com ). ceci devrait nous permettre d'avoir accès à des informations complémentaires sur certains moulins pour lesquels nous recherchons des informations précises.

Il est extrêmement intéressant de comprendre l'histoire des moulins à café et de leurs fabrications. L'histoire des moulins à café est très riche en enseignements et se croise avec l'histoire des forgerons, des fabricants d'armes blanches et des fabricants d'outils.
Depuis plusieurs années, des membres de l'AICMC effectuent des recherches historiques.
Je souhaite que cette passion continue à évoluer sur des critères historiques et patrimoniaux afin de retrouver et de sauvegarder ce pan d'histoire concernant un objet qui a trôné pendant plusieurs siècles dans toutes les cuisines et aussi dans des salons.


Il nous reste donc du grain à moudre …


Sujet remonté par Bartas le dim. 20 mai 2018 15:38.

Répondre

Retourner vers « Moulins à café »